Find experts
12.

Enseignement et formation de la main-d’œuvre professionnelle

Énoncé du problème

Il existe un vaste éventail de publications et de recherches sur le personnel professionnel de l’éducation, à savoir les enseignants, les formateurs, les chefs d’établissement, ainsi que le personnel d’orientation, de conseil et de soutien. On constate souvent que ceux-ci permettent de faire une différence significative dans la réussite éducative[1] et qu’ils sont parmi les acteurs clés dans l’amélioration des résultats scolaires des apprenants défavorisés. Néanmoins,  de nombreux pays européens connaissent une pénurie d’enseignants qualifiés[2] et, de manière générale, la popularité et le prestige de la profession d’enseignant sont en déclin[3][4][5][6].

Conséquences pour l’éducation

L’évolution du contexte de l’enseignement en Europe, découlant, entre autres, de l’utilisation quotidienne des TIC, de l’inégalité des résultats entre les différents groupes d’élèves[7] ainsi que d’un multiculturalisme et multilinguisme croissant, appelle à une meilleure préparation et formation des enseignants qui soit adaptée à leurs besoins spécifiques. TALIS 2013 a révélé que l’enseignement dans un environnement multiculturel ou multilingue est l’un des cinq principaux domaines pour lesquels les enseignants signalent un besoin élevé de développement professionnel pour pouvoir aborder les problèmes et les lacunes associés[8]. Un système complet et continu de formation initiale des enseignants et de développement professionnel continu est essentiel pour doter les enseignants des compétences, des aptitudes et du discernement nécessaires pour gérer et répondre à un environnement scolaire en constante évolution et de plus en plus diversifié. Par conséquent, la formation initiale crée une base pour l’expérience professionnelle de l’éducateur. Bien que le développement professionnel continu des éducateurs soit essentiel pour construire une éducation inclusive efficace, il reste souvent insuffisant, non systématique et fragmenté dans le contexte européen[9].

Recommandations

La recherche a montré qu’il serait utile de faire de nouveaux progrès dans la redéfinition de l’enseignement comme profession de haut niveau et, par conséquent, de repenser le contenu de la formation des enseignants pour atteindre une meilleure qualité dans l’enseignement. Tout d’abord, la conception et les programmes de formation des enseignants devraient être adaptés au contexte et modelés pour répondre aux besoins spécifiques des enseignants[10]. De même, il est nécessaire de réévaluer le rôle de l’expérience pratique acquise sur le terrain et de développer davantage les stages pendant la formation initiale des enseignants. Ceci est important car la pratique de l’enseignement contribue à familiariser les futurs enseignants à la salle de classe, et donc évite le choc de la réalité au début de leur carrière, à relier la théorie pédagogique aux problèmes pratiques et à construire des identités professionnelles solides. La recherche montre que les futurs enseignants qui ont bénéficié d’une vaste formation sur le terrain obtiennent de meilleurs résultats que leurs pairs qui ne disposent pas de cette expérience supplémentaire[11]. Il est également recommandé de continuer à soutenir la tendance à des qualifications plus élevées en plaçant la formation des enseignants au niveau du master dans le cadre du processus de Bologne de l’Espace européen de l’enseignement supérieur, comme cela est déjà le cas dans des pays comme l’Allemagne et la Finlande. Enfin, il est suggéré d’établir des normes pour certifier systématiquement les enseignants et/ou disposer de prestataires de formation des enseignants soumis à une procédure d’accréditation, car ceci peut conduire à une qualité plus constante, une plus grande clarté et des normes globales plus élevées dans le développement professionnel des enseignants[12].