Find experts
03.

Groupes vulnérables dans l’enseignement et la formation, pour garantir inclusion et non-discrimination

Énoncé du problème

On observe d’importantes disparités dans les opportunités et résultats scolaires à travers mais aussi au sein des États membres et des régions de l’Union européenne. On note également une concentration des inégalités en matière d’enseignement dans certaines localités de nombreuses régions et villes caractérisées par un manque chronique d’opportunités. L’accès aux possibilités d’apprentissage, à la réussite scolaire, à l’enseignement supérieur et à de futurs apprentissages reste socialement et territorialement divisé à travers l’UE. En outre, dans de nombreux cas les systèmes éducatifs des États membres participent à la détérioration de la situation en raison d’un niveau de financement et de ressources inégal et d’un manque d’expériences d’apprentissage enrichissantes et gratifiantes offertes aux différents groupes cibles. Tous les systèmes éducatifs européens sont plus ou moins marqués par les inégalités. L’origine socioéconomique, le handicap, l’origine ethnique ou migratoire, le genre, la situation géographique ainsi que d’autres facteurs ont un impact fort sur les opportunités éducatives, les expériences d’apprentissage et les résultats scolaires des individus. Des tranches de la population ou des groupes sociaux entiers ont systématiquement de moins bons résultats que les autres en matière d’éducation et de formation, souvent malgré la présence d’initiatives politiques visant à corriger ces inégalités.

Conséquences pour l’éducation

Ces disparités reflètent et aggravent des inégalités plus importantes. En effet, elles ont des conséquences sévères pour les individus, l’économie et la cohésion sociale. Il est nécessaire de prendre des mesures visant à remédier à ces disparités. L’OCDE[1] et d’autres études[2] ont récemment démontré que l’équité dans l’éducation est compatible avec de bons résultats éducatifs et de bonnes performances. Ces études montrent également que les pays dont les systèmes d’enseignement sont les plus performants allouent leurs ressources éducatives de manière plus équitable entre les écoles les plus avantagées et celles les plus défavorisées. Les systèmes assurant des niveaux élevés de qualité pour tous, qui encouragent des approches personnalisées et inclusives, qui favorisent des interventions précoces et qui ciblent particulièrement les apprenants défavorisés, peuvent se révéler être des moteurs puissants afin de favoriser l’inclusion sociale.

Recommandations

Il existe d’importantes divergences en termes d’efficacité avec laquelle les différents États membres de l’UE traitent le problème, ce qui semble suggérer que certains systèmes éducatifs sont bien plus inclusifs et équitables que d’autres. Les mesures prises pour atteindre les objectifs d’inclusion sociale doivent être spécifiques à chaque système éducatif. Il est nécessaire de développer des manières d’inclure le personnel éducatif dans le développement de cultures scolaires inclusives aux niveaux national, régional et local. L’inclusion nécessite également d’assurer l’efficacité de la formation initiale et continue des enseignants[3]. Une autre approche visant à améliorer la situation de groupes vulnérables est d’éviter le développement d’écoles ségrégées. Le « choix contrôlé » compte parmi les stratégies qui semblent avoir démontré leur efficacité afin de créer un équilibre entre le souhait des parents de choisir l’école de leurs enfants et l’objectif politique de lutter contre la ségrégation[4]. Dans le cadre d’un programme de « choix contrôlé », l’autorité scolaire applique un plan soigneusement préparé fondé sur des indicateurs sociaux et des algorithmes informatiques afin d’affecter chaque élève à l’une de trois écoles préférées et présélectionnées. Accompagné d’un soutien ciblé aux apprenants les plus exigeants, il existe des exemples convaincants démontrant que ces approches permettent l’obtention de résultats universitaires en progression. Il est nécessaire que les Etats membres mènent des politiques cohérentes dans la poursuite des objectifs d’inclusion et de haute qualité aux différents niveaux politiques et en association avec les différentes parties prenantes afin d’en assurer la réussite.